Accéder au contenu principal

"Alors, il fait ses nuits ?"

Je suis sûre que, debout devant ton miroir à 5h du mat (et encore 5h jsuis sympa, ça peut-être moins...) tu t'es demandée comment tu faisais pour survivre aux nuits hachées et trop courtes.

Et oui car un bébé ne doit pas faire ses nuits à 5kg !
Oui tu lis bien, ceux qui écrivent cela t'ont menti car le sommeil dépend avant tout de la maturation neurologique de l'enfant, mais de ceci j'en parlerai dans un prochain article.

Tu te dis c'est bien beau tout ça mais en attendant je fais quoi moi avec mes cernes qui tombent jusqu'aux genoux, mon irritabilité chronique et mes neurones qui ne connectent plus ?

Tout d'abord don't worry !
La nature a bien prévu les choses.....

Si tu as la chance d'allaiter continue.
Ton corps produit de la prolactine qui te permet de te rendormir facilement.
Un peu comme un somnifère naturel sans les effets secondaires. Donne le sein quand ton bébé le réclame. Il se rendormira mieux et toi aussi.
Ton corps, passé au mode "nouveau-né" bascule directement au stade du sommeil paradoxal sans passer par le sommeil léger. Cela permet la récupération mentale de la personne endormie et lui assure un certain équilibre émotionnel le lendemain. Tu auras l'impression de rêver beaucoup et c'est normal. Dis toi que tu es comme un marin embarqué pour une longue tempête mais tu vas t'en sortir je t’assure !

Dors quand tu peux
Avec mini coeur, mon deuxième bébé, j'ai été surprise de voir que, finalement, j'arrivais à continuer à vivre en faisant des siestes à heures fixes.
Mon sommeil se découpait avec une sieste importante de 21h à minuit puis des plus petites d'une heure ou deux heures pour me lever vers 6h30. Je faisais la sieste à 11h le matin et 14h l'après-midi dès que je le pouvais (c'est à dire si je n'avais pas l'ainé avec moi).
Auparavant grosse dormeuse j'ai eu la surprise de voir que je pouvais gérer ce manque de sommeil ou en tout cas dormir "autrement". C'est ce qu'on appelle le sommeil "polyphasique" et j'ai d'ailleurs découvert que certaine personnes l'utilisaient pour travailler plus ou créer la nuit (écriture, peinture, lecture...). J'ai aussi appris que le sommeil monophasique est récent dans l'histoire de notre humanité (il est venu avec la révolution industrielle) et inexistant dans certaines ethnies. 



Limite tes contraintes au maximum
J'ai coutume de dire que c'est le stress qui nous "tue" et pas forcément les nuits écourtées. Je peux très bien vivre une nuit difficile si je sais que le lendemain je peux me reposer et suivre le rythme de mon bébé. Par contre si j'ai 10 invités qui débarquent, le ménage et la cuisine à faire, je serai forcément beaucoup plus épuisée à la fin de la journée !
Les premières semaines (et même celles d'après histoire de prendre de nouvelles habitudes) lâche sur tout : pas de cuisine (merci Picard), de ménage, de bain pour l'ainé... La priorité c'est le bébé et toi ! Et puis si comme moi tu as un compagnon gentil et sensible c'est l'occasion pour lui de progresser dans la marche vers l'égalité Homme-Femme autrement dit de faire sa part !
N'oublie pas tout ça n'est pas grave ! Ton ainé se rappellera plutôt des bons moments câlins passés avec le bébé et toi que de l'état des sols....Quant au bébé...il s'en fout du moment qu'il a tes bras, son tétou, de l'attention et de l'amour.

Cododote ou passe le relais si tu peux
Comprenons nous bien, je ne suis ni une militante du maternage proximal ni une psychanalyste forcenée qui te dira que ton bébé développera les pires pathologies s'il dort avec toi...Je raisonne juste en terme pratico-pratique et je pense également au bien être du bébé et au mien !

Pour mon premier garçon je n'arrivais pas à dormir avec lui, j'étais bien trop anxieuse pour cela, à l’affût du moindre bruit. Le papa a vite pris le relais pour la nuit car il aime se coucher tard. A 10 jours, petit coeur prenait son biberon de la nuit avec papa et moi j'ai pu reprendre des forces. Donc si vraiment tu te sens épuisée et que tu as du mal à dormir avec ton petit demande de l'aide.

Avec mini coeur les nuits se sont passées autrement. J'ai eu la surprise de voir que je m'endormais très vite après une tété nocturne et je continue donc le cododo qui me permet de ne pas à avoir me lever et de permettre le repos de super papa et de petit coeur. Les pleurs sont quasi inexistants la nuit (passés les premières semaines de "coliques") et j'arrive à bien dormir même si c'est par séquence de 3h ou 5h maximum. Les avantages à dormir avec son bébé sont multiples. D'une part bébé et ses parents dorment mieux et se réveillent moins longtemps (car ils sont plus réactifs), d'autre part l'allaitement est plus facile et, d'après de nouvelles études, il y aurait moins de risques de mort subite du nourrisson. Attention cependant à bien respecter les règles du cododo : un matelas ferme, pas de couverture, un couchage sur le dos et ne pas dormir avec bébé si on a consommé de l'alcool ou des drogues.

Couche toi tôt
Si comme moi ton bébé est complètement épuisé à 19h le soir (heure d'été en plus...), tu as intérêt à te coucher toi aussi le plus tôt possible....Oui je sais c'est pas drôle et tu aimerais bien voir la dernière saison de Games Of Thrones avec ton chéri mais ton sommeil en dépend.
En attendant à toi les pique-nique avec les amis et les apéros à 18h le soir.
Et oui c'est ça aussi la vie de parents !




Et toi qu'est-ce qui t'as permis de survivre aux nuits difficiles ? 



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vacances....Vers une vie plus "slow"

Je sais pas si comme moi vous avez remarqué le nombre de magazines qui traitent du "slow". Ce mode de vie, plus lent, plus sain, respectueux de notre rythme serait la clé pour une famille épanouie. Alors en cette période estivale et de vacances pour la plupart d'entre nous, j'avais envie de traiter de cette thématique.
"Slow" quand je pense à ce mot j'ai en tête la farniente, les bons ptits plats mijotés, la convivialité et le rire des enfants qui jouent dans le jardin en n'en plus finir. Il faut dire que notre société, millimétrée, pressée, chronométrée nous enjoint au cours de l'année à aller plus vite et respecter ces maudites horaires qui ne sont pas en accord avec notre propre chronobiologie. Quel stress le matin quand il faut courir pour préparer son enfant à aller à l'école alors qu'il est tout ensommeillé et qu'on prendrait bien le temps de jouer.... Quel dilemne quand on aimerait avoir le temps de cuisiner un peu mais qu'…

Motricité libre !

Quand mon petit coeur est né en 2014 son papa et moi avions acheté ou emprunté l'arsenal de puériculture habituel : cosy, transat, parc, lit à barreaux, berceau...Pour moi, il était normal d'utiliser le transat quotidiennement. De même, il ne me serait jamais venu à l'idée de coucher bébé ailleurs que dans son berceau. Quant au cosy, il était utilisé fréquemment en poussette sur des durées moyennes (1 à 2h).
Puis vers ses 9 mois, petit coeur a commencé à fréquenter le Lieu d'Accueil Parents Enfants de mon village. J'ai rencontré une psychomotricienne géniale qui m'a longuement parlé du développement moteur des bébés et de la nécessité de les laisser découvrir par eux-même leurs possibilités motrices à leur rythme.
Moi qui asseyais petit coeur en le calant avec des coussins, j'ai appris qu'il était préférable de ne jamais mettre bébé dans une position dans laquelle il ne sait pas aller. J'ai appris qu'il s'agissait là d'un concept de motr…